A lire·Adopter un chat·Chroniques

L’identification

L’identification en quelques questions !

Pourquoi identifier son animal ? C’est tout d’abord une obligation. Depuis Janvier 2012 (1999 pour les chiens), l’identification des chats est obligatoire préalablement à leur cession, à titre gratuit ou onéreux. C’est aussi rendre officiel  le lien entre le chat et son propriétaire. C’est son identité et vous êtes officiellement le propriétaire.

En cas de perte, comment ça se passe ? De votre côté, vous allez le signaler à l’ICAD mais aussi aux services de fourrière et vétérinaires. Si votre chat est capturé par la fourrière ou amené chez un vétérinaire, vous serez contacté dans les moindres délais. Assurez vous que vos coordonnées soient toujours à jour. 

Comment faire identifier son chat ?  Il existe 2 moyens : le tatouage à l’oreille et la puce électronique. Le tatouage est repérable. Il nécessite une anesthésie. Il est composé de chiffres et de lettres ; c’est un code unique mais falsifiable et qui s’efface avec le temps. La puce électronique est le seul dispositif qui permet d’amener son chat à l’étranger. Elle n’est pas falsifiable et se pose sans anesthésie. Elle ne peut être lu qu’avec un lecteur de puce. Certains optent pour la double identification (tatouage et puce). D’autres identifient par puce mais font tatouer un P dans l’oreille pour préciser que le chat est pucé. 

Peut-on localiser un chat grâce à sa puce ? Quoique qu’on en dise, la puce n’est pas géolocalisable . Il faudrait qu’elle soit équipée d’une batterie. 

Un chiffre ? Seulement 7% des chats qui entrent en fourrière sont identifiés.

A lire·Adopter un chat·Chroniques

Adopter un chat ou un chaton ?

Petit journal du 5 mars 2020

Vous avez pris la décision d’adopter mais comment choisir entre un chat ou un chaton ?

Un chaton, c’est craquant mais cela présente quelques inconvénients. Il est difficile de présumer de son caractère futur. Un chaton est actif ; Il grimpe aux rideaux, aux jambes. Ils ont besoin de plus de surveillance. Vous ne savez pas comment il va évoluer. Les maladies félines telles que le typhus et le coryza touchent particulièrement les chatons. Il doit être sevré. Non seulement le sevrage alimentaire mais aussi du sevrage comportemental. Même si le chaton mange des croquettes à 6 semaines, qu’il va la litière et que sa maman le délaisse, il doit impérativement rester avec sa mère et/ou sa fratrie pour apprendre les autocontrôles jusqu’à 2,5 mois minimum. Un chaton sevré est éduqué. Il est naturellement propre. Son éducation : chatière, autorisation et interdiction se fait à tout âge. Et… un chaton devient vite un chat adulte.  

Choisir un adulte ? Son physique (taille, robe, forme, longueur du poils, couleur des yeux) est défini, son caractère et son tempérament (actif, nerveux, docile, sociable, bavard, tranquille) aussi. Si son passé est connu, c’est encore mieux. Un chat qui a vécu en extérieur aura des difficultés à s’adopter en appartement. Selon l’âge et l’enrichissement de son environnement, il pourra s’adapter.. Il reste une question à vous poser : est-ce que ce chat s’adaptera à la vie que je souhaite lui offrir ?  

Que votre choix s’oriente vers un chat ou un chaton, orientez vous vers les professionnels (associations et éleveurs sérieux). 

Petit rappel de la loi : Un chaton ne peut pas être cédé à moins de 8 semaines. L’animal doit être identifié par puce électrique ou tatouage (à la chargeur du donneur) avant d’être céder puis changer de propriété après son adoption. Il doit être gratuit (sauf si le vendeur est professionnel).