Le confinement ou la vie à l’intérieur

Pendant plusieurs semaines, vous avez été confinés chez vous. Certains avaient plus de chance que d’autres : appartement, maison, jardin, ville, campagne, seul, en famille…

Ce quotidien que vous avez vécu, les chats le vivent aussi. Vivre en intérieur pour un chat, c’est comme être confiné pour vous.

Et oui ! En manquant le plus souvent d’espace, privés de la possibilité de chasser voire contraints de cohabiter avec d’autres animaux, les chats confinés sont particulièrement prédisposés au développement de troubles anxieux.

Pour commencer !

Mieux vaut prévenir que guérir. La priorité sera l’adoption d’un chaton ou d’un chat habitué à la vie en intérieur. Il devra être stérilisé au plus tôt afin de prévenir le marquage urinaire et les vocalises excessives lors des chaleurs chez le femelle. Pour facilité la cohabitation, il faudra bien respecter les règles d’introduction d’un nouveau chat (me consulter si besoin).

L’importance de l’aménagement du territoire

Face au manque de stimulation et à la restriction d’espace, il est indispensable d’aménager convenablement le territoire d’un chat d’intérieur. Le chat aime la hauteur. Il doit donc disposer d’un environnement 3D avec des aires de repos, des postes d’observation et des cachettes. Les postes d’observation lui permettent de voir à l’extérieur. Un arbre à chat peut être un bon équipement s’il est haut, stable, bien positionné et disposant de griffoirs.

L’aire d’élimination sera éloignée de l’aire de repos (1 m) dans un endroit calme et hors du passage. La règle reste une litère par chat et une litière supplémentaire (exemple : 1 chat = 2 bacs – 3 chats = 4 bacs) .

L’aire de repas sera aussi éloignée de l’aire de repos et de l’aire d’élimination. Une alimentation riche en protéines de qualité et à volonté est préconisée. Un bol d’eau ou une fontaine à eau sera à disposition, éloignée de la gamelle de croquettes (60 cm).

Le jeu ou l’art de chasser

Le chat a besoin de jouer, inducteur de prédation.

Le propriétaire doit être disponible. Il joue un rôle fondamental dans la prévention du mal-être de la vie en intérieur. Le chat est un marathonien et non un sprinteur. Le jeu dure 5 à 15 min, pas plus. S’il y a une chose à retenir, c’est que le chat doit gagner. Je joue + je gagne = je rejoue. Un chat qui ne joue pas manque de stimulation et de gain. La main n’est pas un jeu. Utilisez des perches et renouvelez tous les mois les jouets. Inutile de racheter mais mettez en place une rotation (2 lots dans le placard et 1 lot à disposition du chat).

Si votre chat est agressif, malpropre, boulimique ou présente un trouble du comportement n’hésitez pas à me contacter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *